Tunnels de Cu Chi

Kilomètres parcourus: 120


Tunnels de Cu Chi - Ben Duoc

Nous visitons aujourd’hui les tunnels de Cu Chi construits par environ 18’000 paysans vietnamiens sur une vingtaine d’années durant l’occupation française autour des années 40. Ces tunnels étaient utilisés durant la guerre du Vietnam par les soldats du Viet Cong (armée du Nord) afin de s’y déplacer, d’y mener des attaques et même d’y vivre tout en restant cachés.

Il existe deux entrées aux tunnels de Cu Chi dont celle de Ben Duoc qui est la moins fréquentée et également la plus authentique. Il nous a fallu deux heures de route pour les rejoindre depuis Ho Chi Minh City. Nous nous retrouvons au milieu d’une jungle relativement récente, puisque la zone a été lourdement bombardée par les américains et que de larges quantités d’agent orange ont été déversées il y a 40 ans de celà.

image

Nous sommes accompagnés d’un guide qui nous fait pénétrer dans un premier tunnel agrandi pour les touristes et mesurant 1m20 de haut pour 80cm de large, alors que les tunnels originaux mesuraient 80x50cm.

Lors des phases offensives, les soldats se cachaient dans des bunkers et pouvaient tirer depuis les petites fentes visibles sur la photo.

image

De petites trappes couvraient certaines entrées des tunnels, camouflées sous des feuilles, à peine assez grandes pour s’y faufiler. Les soldats étaient particulièrement minces.

image

Pour y entrer, il fallait descendre les jambes en premier puis lever les bras au dessus de la tête. Le dernier à rentrer recouvrait la trappe de feuilles et reposait la trappe sans les faire bouger.



Une fois à l’intérieur, nous parcourons une petite portion du réseau tentaculaire de ces tunnels de 200km. Il fait particulièrement chaud et on respire assez mal. Il est difficile de s’imaginer vivre dans ces tunnels le jour pour n’en sortir que la nuit, et ce pendant des mois voire des années.

Des mines pouvaient être dissimulées en dessous de ces trappes pour ralentir la progression des soldats américians lorsqu’ils marchaient dessus. Ce n’est d’ailleurs pas le seul piège que les soldats du Viet Cong tendaient aux américains. Il existait également des trappes qui, lorsqu’un soldat marche dessus, basculaient et faisaient tomber l’ennemi dans un trou rempli de pics en bambou. Pour cette raison, les soldats américains marchaient systématiquement avec un baton devant eux pour tester le sol.

image

A certains endroits, les bombes américaines laissent apparaître des embranchements de tunnels.

image

Tout avait lieu sous terre, y-compris les réunions du parti et les opérations des soldats blessés.

Le site de Cu Chi regroupe de nombreuses autres activités comme un stand de tir, du paintball, et un temple budhiste. Nous avons visité le temple en même temps qu’une centaine d’enfants de villages voisins en sortie scolaire. Sûrement peu habitués à voir des touristes au quotidien, nous avons eu le droit à 5 minutes de “Helloooooo ! What’s your name?”, et un des écoliers nous a même demandé de prendre une photo ensemble. Décidément la célébrité n’est pas chose facile.

Bung Se Vegetarian restaurant

Ce soir, nous nous réconcilions avec la nourriture asiatique et optons pour un restaurant vietnamien végétarien. Nous nous déléctons de petits rouleaux de vermicelles aux champignons, de croquettes de tofu soyeux à l’ananas, d’un plat de tofu braisé aux champignons et d’un traditionnel pho aux champignons.

De quoi reprendre des forces et remplir ses “bibis”.

image

Train vers Da Nang

A 22 heures, nous prenons le train direction Da Nang. Pas loin de 16 heures de périple pour rejoindre une ville qui fut également un lieu stratégique pendant la guerre du Vietnam, mais une belle station balnéaire aujourd’hui.

Nous embarquons et découvrons notre cabine à 6 couchettes. Nous occupons tous les deux celles du bas, et passons la prochaine demi heure à espérer que celles du dessus restent vacantes. Evidemment ce n’est pas le cas. Nous sommes initialement rejoints par 3 autres personnes, des compagnons plutôt discrets. L’histoire se gâte lorsque le dernier occupant se joint à nous, un ronfleur malodorant. Les lits semblent être de simples matelas de yoga recouverts de draps. Les vietnamiens sont apparemment habitués à dormir sur des surfaces dures, quant à nous, la nuit s’annonce longue.

Leave a comment