A vélo sur la côte Ouest de Tahiti

Kilomètres parcourus: 4172


‘ia ora na, ou plutôt, Bonjour !

Aujourd’hui nous revivons la journée du mardi 11 février. En effet nous sommes partis hier, mardi 11, d’Auckland à 16h55 et arrivés après un vol de 4h à 22h50, le lundi 10 à Tahiti. Pour la faire simple, on a remonté le temps !

Accueillis par les chants tahitiens et les contrôles anti coronavirus, nous sortons de l’aéroport et nous rendons à notre hôtel pour les deux prochaines nuits, le Mahana Lodge Backpacker.


Dommage qu’il fasse nuit à l’arrivée, nous aurions aimé profiter de la vue offerte par la fenêtre de la chambre !

image

Bon allez, pour se mettre dans le bain, lisez le reste de l’article avec ce fond sonore ;)


Ce matin nous prenons le petit déjeuner dehors (après s’être faits suspendre nos flocons d’avoine et note miel par la bio-sécurité de l’aéroport) et visitons la ville de Papeete.

Nous visitons notamment le marché, très coloré par ses multiples étales de fruits et scintillant grâce à ses perles aux teintes uniques.

image

Maël en profite d’ailleurs pour faire quelques emplettes puis nous partons récupérer deux vélos électriques que nous avons loués jusqu’au lendemain matin.

Après un déjeuner rapide nous enfourchons nos vélos et longeons la côte pendant 18km pour atteindre la plage de Vaiana. Sur le trajet nous sommes pris entre l’océan d’un côté les montagnes de l’autre.

image

image

La plage de Vaiana est une longue étendue de sable blanc peu fréquentée à l’heure où nous nous y arrêtons. Cette plage a par ailleurs donné son nom au film Dysney du même nom.

image

image

Nous apercevons au loin l’île montagneuse de Moorea où nous nous rendrons demain.

Quel bonheur que de se baigner dans cette eau si transparente et si chaude pour se laver de notre sueur et de la crème solaire dégoulinante (bien évidement une crème solaire repectueuse des coraux).

À peine une dizaine de mètres dans l’eau que nous mettons nos lunettes pour admirer l’activité sous nos pieds. Ce sont des poissons de toutes les couleurs et de tous les motifs que nous avons la chance de découvrir. Ils semblent se cacher dans des recoins insoupçonnés des coraux puis surgir de nul part pour parader sous nos yeux innocents.

Au loin les vagues s’abattent sur le récif coraillen qui protège cette vie prolifique, et nous aussi par la même occasion, qui nous sentons tels deux explorateurs plongés dans un aquarium (sans vitre).

Nous restons peut être une heure dans l’eau à nous émerveiller et à nous laisser flotter dans cette eau particulièrement saline, puis sortons courir nous sécher pour échapper au sable brûlant nos pieds.


Nous reprenons nos vélos et rentrons à Papeete par la même route. Nous partions demain matin pour Moorea avec le ferry.

Leave a comment