En route pour Queenstown

Kilomètres parcourus: 285


La nuit dans le châlet de Mount Cook offre tout ce que l’on pourrait espérer de l’aventure en montagne. Le vent souffle, la pluie bat contre les vitres, à l’horizon aucune lumière ne vient troubler le ciel noir, nous sommes réfugiés sous nos couettes et écoutons ce spectacle.

La veille au soir, Maël a discuté avec Hyunkyoung, une voyageuse coréenne, professeure de biologie dans un lycée coréen à Singapour. Pour le plus grand bonheur d’Eva, nous partageons avec elle le moment sacré du petit déjeuner, et prenons ensemble la route pour Queenstown pendant près de 3 heures 30. Notre pot de yaourt est chargé à bloc, la banquette arrière est occupée par l’immense valise de Hyunkyoung contrastant avec son petit corps tout frêle.

Nous quittons les sommets enneigés puis longeons de nouveau le lac de Tekapo dont les couleurs reflètent un ciel maussade en ce jour, ce qui ne lui ôte en rien de sa splendeur. Nous parcourons donc le chemin inverse qu’à notre arrivée et retraversons les montagnes arrides de l’Otago. À l’approche de Queenstown, nous suivons les bancs de la rivière Kawarau bordés de fôrets de sapin.

image

image

Nous déposons notre gentille camarade de route à son hébergement puis prenons possession du nôtre quelques kilomètres plus loin. Nous partons ensuite découvrir le centre-ville de Queenstown et en profitons pour nous restaurer. La ville est construite autour du lac de Wakatipu, troisième plus grand lac de Nouvelle-Zélande et dont la forme est celle d’un Z, entouré de chaînes montagneuses offrant de belles pistes de ski l’hiver. Le centre est composé de quelques rues très animées mais la ville est surtout réputée pour ses sports extrêmes dont notamment le saut à l’élastique, inventé ici même.


Leave a comment